À l’occasion de notre Assemblée générale, à Cheverny le samedi 23 mars 2024, le Conseil d’Administration du Réseau des AMAP en Centre Val de Loire et l’ensemble des membres adhérent.e.s représentant les AMAP de la région ont adopté cette Déclaration à l’unanimité.

Le contexte

En 2023 et début 2024, nous avons participé ou été témoins des manifestations et du mouvement de contestation lancé par les agriculteurs de tous horizons. Avec nos partenaires alliés d’InPACT Centre et structures associatives qui défendent l’Agriculture Biologique, du Mouvement de l’Économie Solidaire, et organisations citoyennes et d’éducation populaire, nous n’avons pas été indifférent.e.s à ces nombreux messages venant des paysans, des syndicats agricoles et des décisionnaires politiques. Du combat contre des pratiques agricoles intensives et un marché mondialisé qui nuisent à la biodiversité d’une part et contribuent à renforcer le modèle agro-industriel, à l’appauvrissement des paysan.nes : les raisons de lutte ne manquent pas !
Pour résumer, d’un côté des paysan.nes qui ne peuvent vivre de leur travail et de l’autre des personnes qui ne peuvent acheter des aliments sains produits dans le respect des sols, eaux, etc. Pourtant les seules réponses du gouvernement ont été : maintien des pesticides et la signature de nouveaux accords de libre échanges, fragilisant encore un peu plus notre souveraineté alimentaire.
Pour rappel : la souveraineté alimentaire est présentée comme un DROIT INTERNATIONAL qui laisse la possibilité aux
populations, aux États ou aux groupes d’États de mettre en place les politiques agricoles les mieux adaptées à leurs populations sans qu’elles puissent avoir un EFFET NEGATIF sur les populations d’autres pays. Elle se construit à l’origine dans l’objectif de permettre le respect de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales (voir la publication de La Via Campesina expliquant la Déclaration). La souveraineté alimentaire est donc une rupture par rapport à l’organisation des marchés agricoles mise en œuvre par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Une définition antinomique à celle que tente de faire passer le gouvernement aujourd’hui, soutenant une surproduction pour être concurrentiel sur les marchés internationaux.

L’agriculture et l’alimentation sont l’affaire de tous, nous ne pouvons pas laisser les paysan.nes porter seuls les chocs climatiques et économiques. Soyons solidaires, entrons dans le débat et faisons entendre nos convictions !

En quoi consiste la mobilisation des AMAP ?

Avec les AMAP, nous revendiquons un autre modèle de consommation où la relation humaine est au cœur de notre
fonctionnement. Choisir d’être en AMAP, c’est s’éloigner du modèle productiviste, du profit, du gaspillage. Au-delà de la
richesse des relations interpersonnelles entre paysan.nes et mangeur.ses, c’est choisir que les paysan.nes puissent vivre de leur travail et les citoyen.nes puissent se réapproprier leur alimentation. C’est faire le choix de contrats d’engagements solidaires, basés sur la confiance et la transparence. C’est pourquoi nous prônons le modèle de la VENTE DIRECTE, où les producteur.ices et mangeur.ses choisissent ensemble leur alimentation et les méthodes de productions qui seront rémunérées à leur juste valeur.
Pour les AMAP, il ne fait aucun doute qu’il faut une accessibilité au foncier plus facile pour les porteur.ses de projet à l’installation agricole, un foncier qui permette d’abord une production alimentaire pour les humains, locale et avec pour
horizon les fondamentaux de l’agriculture biologique ! Il faut aussi que cette alimentation soit suffisante et accessible à toutes et à tous quelles que soient les ressources ! Les paysan.nes pourront vivre de leur travail si les citoyen.ne peuvent se réapproprier leur alimentation. Nous voulons des fermes à taille humaine et une alimentation de qualité. ET VOUS ?

En 2020, la France métropolitaine compte 389 800 exploitations agricoles, soit environ 100 000 de moins qu’en 2010 lors du dernier recensement (Source Agreste). La taille des exploitations continue d’augmenter. Le nombre d’élevages se réduit plus fortement que celui des exploitations à dominante végétale. Les salariés permanents non familiaux assurent une part plus important du travail agricole ce qui est associé à la croissance du modèle intensif et industriel, au détriment, des sols, des ressources de la qualité des produits et de nos santés.

Nous, le Réseau des AMAP en Centre-Val de Loire, défendons le projet de la Sécurité Sociale de l’Alimentation et nous
investissons dans la mise en place d’initiatives en faveur de l’accessibilité alimentaire et d’actions de solidarité. Solidarité avec les paysan.nes, pour une rémunération juste, solidarité avec les citoyen.es qui ne peuvent accéder à une alimentation de qualité et choisie. Ce qui ne s’oppose pas aux normes environnementales et ce qui nécessite un soutien des pouvoirs publics pour accompagner cette transition.

Nous, le Réseau des AMAP en Centre-Val de Loire, nous luttons contre les projets de méga-bassines. Dans le Cher et l’Indre des projets de bassines sont en cours malgré les mises en garde sur l’impact écologique des ces ouvrages par les scientifiques du Giec, spécialistes en hydrogéologie et en climatologie. Dans le seul département du Cher 3 bassines sont déjà construites. Ces bassines (plus petites que celles de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres) ne sont pas tenues à des demandes d’autorisation, elles sont autofinancées et du domaine privé. L’eau est un bien commun qui doit être démocratiquement réparti selon les besoins du plus grand nombre, paysan.nes compris, et non de sociétés privées qui font de la terre et de l’eau des sources de profit financier !

Nous, le Réseau des AMAP en Centre-Val de Loire, sommes plus de 100 AMAP avec environ 3000 mangeurs.ses et 300 fermes qui font vivre le modèle AMAP en Centre-Val de Loire. Partout où les citoyens sont conscients des enjeux économiques, sociaux, environnementaux des AMAP continuent de se créer.
Pour en savoir plus sur le mouvement, nous vous invitons à aller faire un tour sur notre site internet : https://amap-cvl.fr/ .

Nous sommes un réseau de bénévoles qui agissent sur toute la région !
Rejoignez le mouvement ! Rejoignez une AMAP près de chez vous !

Le Conseil d’Administration du Réseau des AMAP en Centre Val de Loire et ses membres adhérent.e.s

.

TÉLÉCHARGER le texte intégral de cette DÉCLARATION